Je voyais venir les 18 et 19 mars de loin.

Depuis novembre de l’année d’avant, j’avais peine et misère à cibler et résumer la volonté de Dieu.

En fait, c’était particulièrement important pour moi de comprendre ce concept parce que la volonté de Dieu était le thème d’une conférence où on m’avait demandé de faire une courte présentation. Paradigme, la conférence en question, a organisé sa deuxième édition cette année. D’un point de vue étudiant, cette conférence est très intéressante parce que plusieurs organismes axés sur la jeunesse et la mission se sont rassemblés pour nous aider à cerner ou à tenter de comprendre la volonté de Dieu dans notre vie.

Ses plans… ou mes plans?

Prenez cinq organismes qui ont comme objectif de former et de mobiliser les jeunes et mettez-les ensemble, je dois dire que le résultat est assez impressionnant! Un mélange de conférenciers excellents, de louange, d’ateliers pratiques, d’un paquet d’amis et d’un thème ô combien pertinent quand tu termines tes études dans la même année, bref tout était présent pour que les participants en sortent avec de la réflexion à faire pendant un mois.

Par contre, ceci n’explique toujours pas la raison pour laquelle j’éprouvais tant d’inconfort face à ma présentation. En fait, la réalité est que je n’avais que très peu d’aise dans le thème. On me demandait à moi, du haut de mes 22 ans, la manière dont je vivais la volonté de Dieu au quotidien, pendant mes études. Il y a 4 ans, je n’avais aucune – aucune! – idée de ce qui m’attendait. Je termine mon bac en comptabilité à l’UQAM dans moins d’un mois.

Après avoir terminé mon DEC, j’avais, comme une bonne comptable, un plan détaillé pour ma vie, particulièrement les trois années suivantes. Ce plan n’incluait aucunement Montréal. En fait, il se résumait à être isolée dans un sous-sol où je ferais mon bac à distance. Mais j’ai réalisé bien vite la faille de mes plans : j’avais tenu pour acquis que Dieu se servirait de mes plans pour sa gloire.

DSC01323

Le spectacle est terminé

Pendant la conférence d’hiver de Pouvoir de Changer, il y a de cela quatre ans, j’ai vu des jeunes de partout dans l’Est canadien qui priaient Dieu pour leurs collègues de classe, leurs campus et les campus du monde. Certains partaient même pour six semaines partager leur foi à l’étranger, où peu d’autres gens allaient. Je voulais ça pour mes études. Je voulais être une lumière pour Dieu dans ma classe! Finalement, je me suis inscrite à l’Université à Montréal. En déménageant à Montréal, je savais clairement que Dieu m’avait placée là, donc il était hors de question que je reste spectatrice. Quelque chose de grand était prévu!

Je me suis jointe au groupe Pouvoir de Changer sur mon campus. Mon expérience en évangélisation à ce moment-là était quasi inexistante et les rares expériences que j’avais eues n’étaient pas très positives. Donc toutes les semaines, je rencontrais une équipière de Pouvoir de Changer, qui priait pour moi et avec moi, me mettait au défi et me formait de diverses manières. Bref, cette première année-là, deux de mes amies sont venues au Seigneur et l’été qui a clos cette première année, je suis partie en voyage missionnaire. Je pense qu’à partir du moment où j’ai considéré mon lieu d’études comme un champ missionnaire, mes amitiés, mon temps passé sur le campus et mes études en soi ont été marqués par ma volonté de servir Dieu à travers toutes ces choses.

Pensez-y. Si vous êtes au travail, aux études, entre les deux, c’est que Dieu vous a choisi et placé là spécifiquement. Comment allez-vous être sa lumière, exactement là? Si vous voulez servir Dieu, il ne le prendra pas à la légère.

DSC01655

Tu es soit Jonas soit Samuel

Avec du recul, c’est facile de voir le plan de Dieu à travers tout ça. Mais pendant que ça se passait, je n’avais aucune idée de ce que je faisais! Tout ce que je sais, c’est qu’il y a une chose sur laquelle j’ai le contrôle, et c’est mon attitude. Est-ce que je vais être celle qui va se faire des plans et s’attendre à ce que Dieu s’en serve? Est-ce que je vais être Samuel qui disait « Parle, ton serviteur écoute » ou Jonas qui avait clairement entendu et qui a cherché à aller le plus loin possible pour éviter le plan de Dieu? Ce n’est pas seulement dans les grandes décisions qu’on doit connaître sa volonté, mais le combat se fait sur le terrain, par rapport aux petites choses. Je dois choisir, tous les matins, de suivre la volonté de Dieu.

Prenez du temps de songer à la façon dont vous pouvez vous servir de vos études pour glorifier Dieu et partager votre foi. En fin de compte, y a-t-il un meilleur endroit où servir Dieu que là où il vous a placé?

Cet article a été écrit par Mel J., étudiante en comptabilité à Montréal et impliquée avec P2C depuis sa première participation au congrès P2C+.


C’est à ton tour :

  • Te vois-tu premièrement comme étant étudiant ou comme étant disciple?
  • Quels sont les domaines de ta vie dans lesquels tu luttes à cibler la volonté de Dieu?
  • Regarde là où Dieu t’as placé. Comment peux-tu le servir aujourd’hui, là où tu te trouves?

Au sujet de l'auteur

P2C-Étudiants

Pouvoir de Changer – Étudiants existe afin de faire connaître Jésus dans les universités et les cégeps du Québec. Nous accompagnons les étudiants dans leur cheminement vers Jésus, les aidant à voir la pertinence de l’évangile pour toute la vie.

S’abonner à l’infolettre de P2C-Étudiants

Pour recevoir régulièrement des nouvelles du ministère étudiant, veuillez remplir ce formulaire.

   * indique des champs requis