Si tu es comme moi, il n’y a rien de plus gratifiant que d’obtenir de bons résultats après avoir bien travaillé, que de recevoir son bulletin à la fin d’une session en ayant obtenu de bonnes notes. Là, noir sur blanc : on peut constater si l’on a bien réussi. C’est tangible, mesurable et très valorisant ! Si tu as la joie de célébrer une fin de session bien réussie, chapeau ! Cette réussite vaut la peine d’être soulignée. Il n’y a rien de mal à vouloir bien travailler et à voir des résultats positifs de son travail. Dieu nous encourage à travailler fort pour lui! (Col 3:23-24)

Mais la réussite est aussi une invitation à l’humilité.

 Attention! Là, je ne parle pas de cette fausse humilité qui profite de l’occasion pour recevoir des accolades. Ni d’une attitude d’autocritique  qui révèle plutôt une faible estime de soi. 

Je parle plutôt de l’humilité telle qu’enseignée dans la Bible. J’ai lu que «L’humilité est le “terrain” sur lequel les autres vertus prospèrent. L’humilité est une attitude de vérité à l’égard de Dieu, des autres et de soi-même, elle s’oppose à l’orgueil, à la suffisance, à l’arrogance. »

Alors, chèr.e étudiant.e qui a bien réussi sa session, je te propose quelques pistes de réflexion pour t’encourager vers l’humilité, une caractéristique qu’on se doit tous de développer. 

C’est Dieu qui t’a accordé le succès

Tes résultats sont vraiment impressionnants ! Tu as bien raison d’être fier.e de tes accomplissements; tu as sûrement travaillé très fort, amélioré tes méthodes d’étude et cherché à minimiser la procrastination. Je ne veux surtout pas minimiser tes efforts ou remettre en question tes résultats. 

Mais rappelle-toi qu’il n’y a rien que nous n’ayons pas reçu du Seigneur (1 COR. 4:7). C’est lui qui t’a donné l’habileté de bien travailler, d’étudier sans distraction et de te rappeler les  sujets à l’étude pour l’examen. Tu pourrais être la personne la plus intelligente du monde, mais même cela est un cadeau de Dieu. 

Dieu ne bénit pas toujours tout le monde de la même façon. Certains élèves de ton cours ont peut-être travaillé aussi fort que toi, mais ils n’obtiendront pas les mêmes résultats en raison des défis qui leur sont propres. Vous pouvez tous deux être fiers de vos efforts, puisque vous avez fait le meilleur que vous pouviez avec ce que Dieu vous a donné.

Je t’encourage à te souvenir de ce moment et à y penser lorsque tu affronteras de nouveaux défis. Rappelle-toi comment Dieu t’a accompagné et t’a permis de réussir là où, peut-être, le chemin était difficile. 

Il y a toujours quelque chose à apprendre

Avoir 100 % au test est excellent, mais ne fait pas de toi un expert mondial du domaine. C’est une question de perspective ! L’humilité, c’est avoir une juste opinion de soi. Il ne s’agit pas de minimiser ses connaissances ni de douter de ses compétences ; il faut plutôt reconnaître que nous sommes des êtres humains et faillibles. 

Je t’encourage à prendre un moment pour réfléchir à ta session. En plus de tes apprentissages scolaires, qu’as-tu appris sur Dieu ou sur toi-même ? Cette période d’étude a-t-elle révélé chez toi certaines choses à améliorer ? L’humilité face au succès implique d’admettre qu’on ne peut être parfait sur cette Terre. 

Tu n’es pas plus aimé.e parce que tu as réussi

Si la perfection n’existe pas sur cette terre, quel soulagement de savoir que l’amour de Dieu ne dépend pas de notre performance ! Rien ne peut être fait pour qu’il nous aime davantage. Dieu nous aime entièrement, peu importe nos résultats. Il nous aime pour ce que nous sommes, sans condition.

 Cela signifie que tu n’es pas plus aimé que les autres qui n’ont pas réussi aussi bien, mais aussi que, si tu ne réussis pas dans le futur, tu n’as pas à craindre. Tu n’as pas à chercher la réussite de façon frénétique, pour maintenir son approbation. Rien ne peut te séparer de son amour (Rom 8:38-39) pas même la faillite! Tu as de la valeur à ses yeux, simplement parce que tu existes.

Dans son livre « Les fondements du christianisme », C.S. Lewis affirme que même s’approcher de l’humilité, ne serait-ce qu’un instant, est comme boire une gorgée d’eau fraîche pour quelqu’un dans le désert. Cherchons à être ces personnes qui, au lieu de chercher notre gloire, cherchent à augmenter celle de notre Seigneur. Par notre humilité, pointons les regards vers Christ! 

À lui soit la gloire! 

Au sujet de l'auteur

Christina Jodoin Dénommé

Christina Jodoin est équipière de P2C à Montréal et travaille principalement auprès des étudiants et jeunes adultes en contexte universitaire. Originaire de la campagne, elle habite maintenant en ville avec son mari Daniel et ses deux filles. Ensemble, ils profitent à fond de la vie urbaine et des trésors qui s’y trouvent.