En 2021, nous avons tenté une expérience. Pour la toute première fois, Pouvoir de Changer  – Étudiants a offert une bourse d’études à 17 étudiants fréquentant des établissements d’enseignement postsecondaire en Ontario. Le passage à l’école postsecondaire peut être une transition difficile et nous voulions les aider en mettant des fonds à leur disposition – et surtout les aider à créer des liens avec des communautés de foi locales.

Lorsque l’étude Renégocier la foi a été publiée en 2018, une chose en est ressortie: la nécessité d’aider les étudiants des universités et cégeps à établir des connexions avec les communautés de foi. Si des connexions étaient établies, les étudiants étaient 3 fois plus susceptibles de s’impliquer dans une église et 4 fois plus susceptibles de s’impliquer dans un groupe chrétien sur le campus. Ces quatre premières semaines de septembre sont particulièrement importantes; 75 % des jeunes adultes se joignent à un groupe ou à une église sur le campus au cours du premier mois de leur arrivée dans une nouvelle école ou un nouveau lieu.

Grâce au don généreux d’un partenaire financier du ministère, nous avons pu tenter l’expérience et offrir des bourses d’études aux étudiants qui étaient sur le point d’entrer au cégep ou à l’université, afin de leur apporter une aide pratique et de les amener à réfléchir à quoi pourrait ressembler la foi alors qu’ils entrent dans cette nouvelle saison.

Aux 118 étudiants qui en 2021 ont pris le temps de remplir un dossier de candidature et aux 69 qui en ont commencé un, merci d’avoir pris le temps de partager votre histoire avec nous, ou du moins d’avoir pris le temps de considérer à quoi ça pourrait ressembler de suivre Jésus au début de vos études postsecondaires.

Ci-dessous, tu trouveras une entrevue avec la lauréate de notre plus grande bourse NEXT, Maya, qui a commencé ses études au St. Clair College à l’automne.


Où vas-tu étudier à l’automne ? Quel est ton programme d’études ?

Je vais faire un baccalauréat spécialisé en arts appliqués en justice sociale et en études juridiques. C’est un programme de quatre ans au St. Clair College à Windsor, en Ontario. En fait, je n’ai jamais été en Ontario auparavant, pas même à Toronto. Je suis originaire de la Colombie-Britannique et, à cause de la pandémie, je n’ai pas pu visiter les écoles qui m’intéressaient. Alors ce sera un peu une aventure.

Pourquoi as-tu choisi cette école-là?

Mon plan était, depuis mes onze ans, de participer à JEM (Jeunesse en Mission). Mais quand j’ai commencé l’école en ligne à l’été 2020, mon conseiller d’orientation m’a encouragé à être ouverte à la possibilité de suivre des études postsecondaires.

En septembre, j’en ai parlé avec ma mère et nous avons décidé de commencer à prier et à jeûner pour mon avenir. Chaque vendredi, au lieu de dîner, nous passions du temps à prier et à écouter Dieu. À ces moments-là, Windsor revenait souvent. Au fil de l’année, je me suis de plus en plus impliquée dans la défense des intérêts des jeunes, tout en m’informant davantage sur les injustices sociales. J’ai compris que si je voulais réellement soutenir les plus marginalisés, je devais aller travailler à leurs côtés. J’ai aussi réalisé que j’aurais besoin d’un diplôme. Quand j’ai lu la description de St. Clair, ma famille a dit : « On dirait qu’ils ont écrit le programme pour toi ».

JEM pourrait être une option dans le futur, mais je suis excitée par la direction que Dieu me donne pour cette saison. Parfois, ce que Dieu te dit et la version que tu te racontes sont en fait différents.

Comment as-tu entendu parler de la bourse NEXT de Pouvoir de Changer – Étudiants ? Qu’est-ce qui t’as décidé à appliquer?

Au début de l’année, mes parents se sont assis avec moi et m’ont dit qu’en raison de certaines crises, il n’y avait pas d’argent disponible pour le cégep ou l’université. Ils m’ont encouragé à demander à Dieu de pourvoir à mes besoins. Tous les mardis et jeudis, je passais l’heure du dîner à jeûner, à prier et à remercier Dieu de pourvoir à mes études.

J’ai fait une liste de toutes les bourses auxquelles j’avais droit et je les ai classées par ordre de date d’échéance. Ce qui est drôle, c’est que P2C n’a jamais figuré sur cette liste, mais j’étais sur votre site web pour pouvoir parler à quelqu’un à propos d’options d’hébergement et c’est comme ça que j’ai vu qu’il y avait une bourse à laquelle je pouvais appliquer.

Comment penses-tu qu’une bourse d’études et même le processus de candidature lui-même peuvent servir aux futurs étudiant.e.s qui commencent leurs études postsecondaire?

Je pense que les questions de l’application invitent à porter notre attention sur notre âme, à faire une introspection. Des questions comme « Quels sont les prochains pas que tu comptes faire pour te joindre à une communauté de foi ou continuer à en faire partie alors que tu entames les études postsecondaires? » et « Alors que tu envisages l’avenir, de quelle manière veux-tu intégrer ta foi à ton champ d’études prévu? » peuvent aider les jeunes à commencer le processus de réflexion sur l’appel de Dieu pour eux. Ça pourrait aussi empêcher les étudiants de mettre Dieu dans des boîtes catégorisées, et de réfléchir plutôt à la manière dont ils peuvent se rapprocher de Dieu au point que leurs vies et Son cœur pour eux et les autres s’accordent parfaitement.

De quoi as-tu le plus hâte à l’idée de commencer l’université? Qu’est-ce qui t’inquiète ou te fait ressentir de l’appréhension?

J’ai hâte de créer une communauté autour de moi. Je n’ai pas besoin de beaucoup d’amis, mais seulement de quelques bons amis, qui partagent les mêmes valeurs que moi. Je veux des relations significatives, où le fer aiguise le fer.

Pour ce qui est de l’inquiétude, je suis dans une position où je ne contrôle pas tout, alors je peux soit m’inquiéter, soit faire confiance à Dieu pour subvenir à mes besoins. Cette dernière perspective va probablement soutenir ma tension artérielle à long terme! Je n’ai pas peur de m’installer seule ou dans une nouvelle province, mais je ne sais pas comment sera la vie sans ma famille. Ce qui me stresse un peu c’est l’idée de me perdre ou d’avoir à trouver comment ramener mon épicerie à la maison en autobus sans qu’elles gèlent en hiver. En fait, s’adapter à un nouveau mode de vie est excitant mais inconnu.

Quels sont les prochains pas vers Jésus que tu espères faire? Comment espères-tu aider les autres à faire leurs prochains pas vers Jésus ?

Alors que je me prépare à entrer à l’université cet automne, j’espère être le plus authentique possible, intimement connectée à Jésus. Il peut y avoir beaucoup de douleur lorsque le mot chrétien est utilisé (parler des chrétiens peut être un sujet sensible). J’espère être en mesure de briser certains stigmates et changer la façon dont les gens voient Jésus. J’espère que ma vie – c’est-à-dire la façon dont je me présente dans le monde – reflète Jésus dans son aspect le plus vrai et le plus fou.

Je pense qu’il est important de se demander pourquoi nous voulons que les gens connaissent Jésus. Pour moi, la réponse est que j’ai quelqu’un dans ma vie qui me promet que les choses iront toujours mieux. Qui est proche de moi quand personne d’autre ne le peut. Qui me connaît mieux que je me connais moi-même. Qui parle couramment mon langage d’amour. Quelqu’un qui veut toujours le meilleur pour moi. J’ai un ami qui peut tout guérir. Qui n’a pas d’autre but que l’amour et la connexion. Alors pourquoi est que je ne voudrais-je pas que ceux qui m’entourent aient un compagnon aussi stable, émotionnellement intelligent et incroyable, capable de les aimer mieux que je ne le pourrais jamais?

Enfin, je crois que Dieu est un Dieu de justice, et c’est là que je sens qu’il me guide. Une façon d’aimer les gens est de créer des systèmes qui sont bons et de parler pour ceux qui ne le peuvent pas. Tout ceci est donc ma prochaine étape vers l’amour.

En regardant vers l’avenir, comment veux-tu intégrer la foi chrétienne et ton domaine d’études prévu?

Ma philosophie est la suivante: soit je me bats toute seule à l’école, soit j’invite Jésus – l’inventeur et le maître de tout – à être mon compagnon d’étude. On arrive ensemble à trouver d’excellentes réponses, alors j’ai l’intention de l’impliquer dans chaque projet et chaque devoir.

Question bonus: Quand tu n’es pas en train d’étudier, qu’est-ce que tu fais pour passer le temps?

Je suis une artiste, mais j’aime l’art qui est fonctionnel comme la poterie ou la faire des cadeaux. J’aime écouter différents podcasts – certains m’aident à réfléchir  et à guérir, et d’autres sont juste divertissants. J’aime nager et aller à la plage, ou passer du temps avec mes sœurs. J’aime aussi jouer de la guitare, faire du graphisme, lire et magasiner.


Nous sommes très heureux pour les étudiants comme Maya qui se préparent à entrer à l’université ou au cégep à l’automne et nous avons hâte d’entendre leurs histoires et comment Dieu est à l’œuvre dans leurs vies!

Commences-tu tes études postsecondaire en septembre? Tu pourrais être éligible pour la bourse NEXT. Trouve toutes les informations ici: https://p2c.com/etudiants/p2c-e-la-bourse-next/

Au sujet de l'auteur

Sarah Davies

Amateure d’histoire. Buveuse de café au lait. Disciple de Jésus. Elle peut se sentir chez elle à Ottawa, Copenhague et Montréal en une seule phrase. Elle pensait qu’elle finirait par travailler comme archiviste ou conservatrice de musée, mais elle passe actuellement ses journées avec P2C-Étudiants. Elle apprend à prendre la vie au jour le jour (ce qui est difficile pour une planificatrice). Chats > chiens. Vous pouvez la lire sur son blog personnel, en anglais, acuppeoftea.blogspot.ca.

S’abonner à l’infolettre de P2C-Étudiants

Pour recevoir régulièrement des nouvelles du ministère étudiant, veuillez remplir ce formulaire.

   * indique des champs requis