Tout près de chez nous

À la fin d’une semaine à l’extérieur de la province, j’ai ouvert mon ordi dans l’aéroport dimanche soir avant de prendre un vol de nuit de Vancouver à Québec. J’étais horrifié de voir annoncés les premiers détails de la fusillade au Centre culturel islamique de Québec – à moins de cinq minutes de chez nous. Il était trop tard pour appeler la famille, mais j’avais juste assez de temps pour faire une publication sur Facebook avant d’embarquer dans l’avion.

Mon épouse s’est couchée tôt, mais un cœur troublé l’a empêchée de dormir. Le lundi matin, elle a appris la nouvelle. Six morts, 19 blessés. Avec hésitation, elle a fait sortir les enfants pour prendre le bus pour l’école. Après leur départ, elle a fermé la porte à clé.

Des frères, des pères, des membres de notre communauté

Ce n’était plus un reportage d’ailleurs pour nous. D’une certaine façon, nous faisons partie des événements. Les noms sont publiés et nous reconnaissons un professeur de l’Université Laval, où l’on œuvre. Un autre, le propriétaire d’une boucherie qu’on fréquente tout près de chez nous. Ils sont des frères, des pères, des membres de notre communauté, sans parler des autres qui luttent pour leur vie au moment où j’écris ces lignes.

Un autre détail qui donne des frissons – le tireur est un étudiant de l’Université Laval. L’un de nos anciens étudiants raconte qu’ils étaient dans le même programme. Comment concevoir que la personne qu’on croise chaque jour dans les couloirs puisse faire un tel geste?

Gardez notre ville dans vos prières.

Il est encourageant de voir les témoignages de deuil et de solidarité de dizaines de milliers de gens au Canada et à travers le monde. Il est encourageant de voir la vigile lundi soir sur le terrain d’une église catholique. Il est encourageant de voir une autre église tenter d’offrir du chocolat chaud pendant la nuit froide.

Mais il reste beaucoup à faire.

Voici nos requêtes de prière

Je vois de multiples tentatives pour marginaliser et ridiculiser les expressions de la foi dans notre société, non seulement envers les musulmans, mais aussi envers toute personne qui considère la croyance en Dieu comme importante dans sa vie. Prions que ce sujet revienne dans le discours public et que les gens réfléchissent aux résultats de leurs attitudes. Prions que Pouvoir de Changer puisse aider à rétablir les relations sur le campus dans les semaines suivantes.

Priez pour nous, puisque nos idées de sécurité sont ébranlées. Prions selon 2 Timothée 1.7 : « Ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. »

Prions selon 2 Timothée 1.7 : « Ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. »

Un esprit de force

Notre Dieu n’est pas impuissant. Au contraire, Il est le créateur de toutes choses et Il les soutient. La mort et le péché sont vaincus et ils attendent leur sort final. En tant que disciples de Jésus, Son Esprit est en nous.  Nous n’avons pas à craindre.

Un esprit d’amour

Dieu nous aime sans condition et grâce à son amour, tout être humain a une grande valeur. Que nous continuions à apprendre à aimer de façon sacrificielle et inconditionnelle, comme le Christ nous l’a montré.

Un esprit de sagesse

Par une obéissance continuelle à Dieu, nous expérimentons le renouvellement de nos pensées. Prions que le Saint-Esprit nous révèle les attitudes de notre cœur qui mènent à la dépréciation des personnes et que nous les confessions et que nous nous en détournions. Prions qu’elles soient remplacées par un désir de dialoguer avec les autres, de chercher à les comprendre et de leur révéler la gloire de Dieu, en son fils Jésus.

Priez que Pouvoir de Changer puisse aider à apporter la guérison sur ce campus après ces événements.


PAR PAUL, UN ÉQUIPIER DE QUÉBEC AVEC POUVOIR DE CHANGER – ÉTUDIANTS


 

Partager

Catégorie : 
Nouvelles