« Où se trouve Jésus? »

Un enfant vous a-t-il déjà posé cette question? Si oui, avez-vous su y répondre de manière satisfaisante, autant pour l’enfant que pour vous-même?

Noël sans enfants dans les parages, c’est un Noël qui manque généralement d’émerveillement et d’enthousiasme. On se demande peut-être même si cela vaut la peine de décorer sa maison et d’installer un sapin dans son salon si on n’accueillera pas de gamins pendant le temps des fêtes. Pourtant, célébrer est un besoin pour toute personne, même si nous ne croyons plus au Père Noël.

Il est triste que les adultes, en général, aient perdu leur capacité de célébrer, non seulement à Noël, mais aussi le reste de l’année. Nous avons toujours besoin de plus gros cadeaux et de plus grosses surprises pour être remplis d’enthousiasme. Et même si nous avons tout l’argent du monde et pouvons nous payer tout ce sur quoi nos yeux se posent, nous savons que le bonheur ne peut pas être livré en deux jours ou moins par Amazon Prime.

Est-il possible, en tant qu’adultes, de revivre le type d’émerveillement qu’éprouve un enfant de cinq ans lorsqu’il déballe ses cadeaux le matin de Noël? Je crois que oui.

Est-il possible, en tant qu’adultes, de revivre le type d’émerveillement qu’éprouve un enfant de cinq ans lorsqu’il déballe ses cadeaux le matin de Noël? Je crois que oui.

 

PRÊTER ATTENTION À LA PRÉSENCE DE DIEU

Il y a quelques années, j’ai découvert l’Avent et le calendrier de l’église chrétienne, également connu sous le nom de calendrier liturgique. Ayant grandi dans une église non liturgique, l’Avent, cette période d’environ 25 jours qui précède Noël, ne m’était aucunement familier. Plusieurs traditions pour adultes et enfants sont associées à cette période unique de l’année. Mais peu importe la tradition pratiquée en famille ou en église, le but est le même : nous préparer à célébrer le mystère de l’incarnation avec tout l’émerveillement et l’enthousiasme que cette grande fête devrait susciter en nous.

Nous savons que Jésus est « la raison de la saison », mais sommes-nous captivés par la profondeur du sens de sa naissance? Sommes-nous émus au point de tomber à genoux en chantant « Gloria, in excelsis deo! », non seulement le 24 décembre, mais tout au long de l’année? Nous savons que si Jésus n’était pas né, il n’aurait pas pu mourir pour nos péchés et ressusciter le troisième jour une trentaine d’années plus tard. Mais est-ce là la seule importance de cet événement?

Je suis de plus en plus sensible à la richesse du mystère de l’incarnation et comment celle-ci façonne ma perspective personnelle chaque jour de l’année. Pendant les longs mois d’hiver, les vacances d’été et même l’agitation de la rentrée à l’automne, l’incarnation de Jésus à Noël est plus que théologiquement significative pour ma foi, elle est profondément pertinente à ma façon de vivre dans ce monde.

La raison pour laquelle nos ancêtres dans la foi ont instauré la pratique de l’Avent est qu’ils se sont rendu compte à quel point il est facile d’être distrait par ce qui saute aux yeux et de ne pas prendre conscience de la présence de Dieu dans le monde. Ils ont donc mis une période à part pour que les gens prêtent attention au sens de la venue de Dieu sur terre en la personne de Jésus. Si cette prise de conscience était nécessaire pour les gens à cette époque-là, combien plus l’est-elle pour nous aujourd’hui!

 

DIEU EST AVEC NOUS

Où donc est Jésus?

La réponse ne pourrait être plus facile : « Il est ici. »

En Palestine, il y a deux millénaires, Dieu a choisi de se révéler en chair et en os aux êtres humains. Il a pris sa place parmi nous et il n’est jamais plus reparti.

En Palestine, il y a deux millénaires, Dieu a choisi de se révéler en chair et en os aux êtres humains. Il a pris sa place parmi nous et il n’est jamais plus reparti.

Ne pas prendre le temps d’apprécier avec émerveillement l’immensité de l’amour divin manifesté à travers son incarnation n’est rien de moins que tragique. Mais ne pas se rendre compte de sa présence partout, en tout temps, l’est encore plus.

Avant de retourner auprès de son Père, Jésus a déclaré un mystère : « Je suis moi-même avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » Ce verset, qui clôture l’évangile selon Matthieu, confirme l’importance de l’incarnation pour nous encore aujourd’hui, alors que nous, disciples du 21e siècle, tentons d’accomplir la mission qu’il nous a donnée dans les versets précédents : « Allez donc dans le monde entier et faites des disciples parmi tous les peuples…1 »

Alors que l’année 2017 tire à sa fin, avec ses moments de joie et de désarroi, ses bonheurs et ses peines, nous voulons nous rappeler que Dieu est constamment parmi nous à travers son Esprit. Nous voulons nous rappeler que chaque jour de cette dernière année, Dieu était présent et à l’œuvre, bien qu’à certains moments nous avions certainement pu croire le contraire. Et en 2018, nous voulons être plus attentifs à la présence de Dieu avec nous, en tout temps et partout où nous mettons les pieds.

Au cours de ces derniers jours avant Noël, posez-vous cette question et soulevez-la également avec ceux que vous aimez : « Où se trouve Jésus? » Ensuite, arrêtez-vous et soyez émerveillé par la simple vérité : « Il est ici. » Dans votre foyer, dans votre milieu de travail, sur votre sentier préféré et même dans les boutiques achalandées. Dieu est parmi nous et il est à l’œuvre. Il aime ce monde et il veut que toute personne puisse connaître la joie de sa présence. Quel privilège avons-nous de le savoir si près et de le faire connaître non comme un Dieu distant et inapprochable, mais comme celui « qui n’est pas loin de chacun de nous2 »!

Joyeux Noël et Bonne Année! Dieu est avec nous!


  1. Matthieu 28.20
  2. Actes 17.27

JEREMY FAVREAU


Jeremy est le Lead créatif de P2C-É. Il n’en a jamais assez de parler de théologie, de culture, et du pouvoir des idées. Il s’est joint à l’équipe de Pouvoir de Changer – Étudiants parce qu’il est passionné de voir les étudiants expérimenter la bonne nouvelle que Jésus leur offre. Il s’emploie principalement à communiquer cette bonne nouvelle au moyen de la rédaction et des médias. Il vit à Montréal avec son épouse Selene et leurs trois jeunes garçons.

Partager

Catégorie : 
Vie chrétienne