La mission de Jésus se poursuit dans la vie des étudiants après leurs études. Katia Moreau nous raconte son histoire en tant qu’ancienne étudiante impliquée dans le ministère de Pouvoir de Changer (anciennement Campus pour Christ) à l’Université Laval à Québec.

Tout a commencé en mars 2003. Katia, étudiante de première année en littérature à l’Université Laval, se trouvait dans la cafétéria où elle essayait désespérément de lire trois livres en deux jours en préparation pour un examen. Elle prenait une pause d’une quinzaine de minutes lorsque deux filles de Campus pour Christ (qui est aujourd’hui Pouvoir de Changer) l’ont abordée avec un sondage d’intérêt spirituel. Elles ont demandé à Katia si elle voulait répondre à leurs questions. Katia a accepté par pitié pour ces « pauvres » filles, car elle croyait que personne d’autre ne voulait répondre à leur sondage. Elle voulait aussi leur montrer combien elle était une bonne personne!

Ces deux filles ont présenté Jésus à Katia et lui ont expliqué que Dieu est relationnel. Qu’il n’est pas un Dieu en colère, mais plutôt quelqu’un qui est venu sur terre en tant qu’ami. Qu’il est mort pour elle… pour tout le monde, oui, mais aussi pour elle personnellement. C’était la première fois que Katia entendait de telles choses. Les 15 minutes qu’elle avait décidé de consacrer aux filles se sont transformées en une heure et demie. Katia n’a pas accepté Jésus tout de suite, mais elle était touchée par Dieu. Les filles lui ont laissé un CD contenant des témoignages, des questions et réponses sur la vie ainsi que des chansons. Elles lui ont aussi donné leurs coordonnées. Après cette conversation, Katia n’avait plus envie d’étudier. Comme elle le décrit elle-même, elle venait de « goûter à l’éternité ». Elle est donc rentrée chez elle pour réfléchir à tout ce qu’elle avait entendu des filles.

Après cette conversation, Katia n’avait plus envie d’étudier… elle venait de « goûter à l’éternité ».

Deux jours plus tard, Katia écoutait le CD sur lequel se trouvait la chanson Prends ma main du groupe rock chrétien The Kry de Québec, populaire au début des années 2000. C’est en écoutant cette chanson que Katia a accepté Jésus! Parce qu’elle voulait obtenir une Bible, elle a contacté l’une des deux filles du nom de Marie-France. Quand Katia a demandé à Marie-France si elle se souvenait d’elle, la réponse était très enthousiaste : « OUI! Bien sûr je me souviens de toi! J’étais en train de prier pour toi! » Marie-France a offert de rencontrer Katia une fois par semaine pour l’accompagner dans sa nouvelle foi et elle s’est investie à fond dans la vie de Katia. Marie-France est devenue une vraie amie qui ne la jugeait pas et qui l’aimait et l’acceptait telle qu’elle était.

Marie-France et Katia

Ainsi, Katia a grandi dans sa foi et elle s’est impliquée dans le ministère de Campus pour Christ pendant toutes ses années universitaires. Aussitôt qu’elle avait accepté Christ, Katia voulait que tous entendent parler de Lui parce qu’elle avait passé les 25 premières années de sa vie sans avoir entendu la bonne nouvelle. Elle organisait parfois des soirées cinéma en se servant du Film Jésus qui est traduit dans de nombreuses langues. À la première soirée cinéma, le film a été présenté en farsi parce que l’amie iranienne de Katia ne connaissait pas Jésus. Quinze personnes se sont pointées pour écouter le film cette soirée-là et au moins une d’elles a accepté Christ!

Aussitôt qu’elle avait accepté Christ, Katia voulait que tous entendent parler de Lui parce qu’elle avait passé les 25 premières années de sa vie sans avoir entendu la bonne nouvelle.

Aujourd’hui, Katia est enseignante de français langue seconde au Manitoba où elle partage sa passion pour le français et pour le Québec. Elle enseigne actuellement le français aux enfants dans une école chrétienne privée dans l’espoir que certains d’entre eux deviendront plus tard missionnaires au Québec et pourront partager l’évangile en français. Elle cherche aussi à être une lumière à l’Université de Saint-Boniface, à Winnipeg, en enseignant le français aux adultes à la Division d’éducation permanente. Parce qu’elle a les francophones à cœur, elle a voulu démarrer un groupe de prière dans cette université qui est la seule université francophone de l’Ouest canadien. Elle a commencé des rencontres avec deux ou trois amies et, maintenant, plusieurs employés de l’université se réunissent à la chapelle pour prier hebdomadairement. Leur espoir et leur prière est que la bonne nouvelle de Jésus soit connue dans cet établissement au cœur de la communauté francophone du Manitoba. Une histoire à suivre!

« Rien n’est impossible à celui qui croit! » Marc 9.23

 

Vous aimeriez peut-être aussi…

Partager