Il y a presque un an, j’étais à bord d’un avion en train de lire un livre intitulé Au nom de Jésus de Henri Nouwen. Une pensée a traversé mon esprit avec tant de force que j’avais l’impression que l’avion piquait du nez. Mon esprit était envahi par cette pensée : « Sean, tu te soucies plus de ce que les gens peuvent faire pour toi que des gens eux-mêmes. Tu te soucies plus de ce qu’une personne pense de toi que de la personne elle-même. »

Je savais que cette pensée était juste et je la détestais.

Pour le reste du vol, j’ai prié que Dieu me pardonne mon utilitarisme et qu’il crée en moi un cœur renouvelé d’amour – un cœur qui correspond à sa propre volonté d’être avec les gens, de voir les gens et de les aimer à un point tel qu’il a tout donné pour eux.

« Pour le reste du vol, j’ai prié que Dieu me pardonne mon utilitarisme et qu’il crée en moi un cœur renouvelé d’amour – un cœur qui correspond à sa propre volonté d’être avec les gens, de voir les gens et de les aimer à un point tel qu’il a tout donné pour eux. »

Ce jour-là, j’ai entamé un important cheminement où je permets à Dieu d’adoucir mon cœur et d’ouvrir mes yeux pour voir les gens autour de moi plus clairement.

Dès l’atterrissage de l’avion, j’ai parlé à ma femme de ce que j’avais réalisé. Je savais que je devais agir. Elle a accepté de m’aider et ensemble nous avons décidé de faire du bénévolat un dimanche par mois dans un programme de répit pour parents d’enfants autistes.

C’est une très petite chose, mais c’était un début pour moi. Ces enfants ne se soucient aucunement de la portée de mon leadership, ou des échelons métaphoriques que j’ai gravis, ou de ma capacité de discuter des balados les plus cool… Tout ce qui leur importe, c’est que je sois entièrement présent. Ils m’enseignent à être plus présent, plus curieux, plus observateur, plus tendre, plus patient, plus aimant. Ils m’enseignent à être un mari plus attentif, un père plus patient, et une meilleure personne.

J’ai beaucoup de choses à apprendre.

Je suis convaincu, de tout mon cœur, que le monde est assoiffé de personnes qui aiment profondément, et je prie que Dieu fasse de moi une telle personne.

Alors que je passe plus de temps ces jours-ci à réellement voir et écouter les gens autour de moi, j’entends régulièrement le même questionnement… Qu’est-ce que cela veut dire d’être humain? Qu’est-ce qui fait de nous qui nous sommes? Qu’est-ce qui donne à l’humanité sa valeur, son sens, sa dignité? Et quand la recevons-nous? Est-ce que nous la partageons tous réellement? Et pouvons-nous la perdre?

« Qu’est-ce que cela veut dire d’être humain? »

Voilà la question qui domine notre culture aujourd’hui. Elle touche à tous les sujets qui sont difficiles à aborder. Notre réponse à la question « Qu’est-ce que cela veut dire d’être humain? » détermine la manière dont nous interagissons avec des sujets tels que le racisme, l’avortement, la sexualité, la pauvreté et la technologie, pour n’en nommer que quelques-uns. Elle a aussi une incidence sur notre façon de parler de ces sujets et notre capacité de faire preuve d’empathie, de respect et de compassion. J’ai remarqué que les chrétiens peinent à faire ces choses de manière à honorer la profondeur de la puissance transformatrice que la bonne nouvelle de Jésus apporte.

Pendant la majeure partie de ma vie, on m’a dit d’éviter ces sujets par crainte qu’ils deviennent des distractions pour le message de l’évangile ou qu’ils causent des divisions dans la communauté. Cependant, dans la prière au cours de la dernière année, notre équipe de leadership en est venue à croire que le Seigneur nous dirige dans une saison où nous commencerons à parler davantage, de façon réfléchie et dans l’amour, de la manière dont Jésus fait la lumière sur notre humanité.

Heureusement, nous ne sommes pas les premiers à réfléchir sur ce sujet, ni sommes-nous les seuls, mais nous nous sommes engagés à participer à cette conversation au cours des prochaines années avec une pleine mesure de compassion et un œil sur la puissance transformatrice de l’évangile. Ceci deviendra un thème pour nous. Je crois que nous en serons transformés. Imaginez l’impact sur notre monde si cette génération de jeunes gens était équipée pour faire briller, efficacement et avec empathie, la lumière de l’évangile sur cette conversation critique.

« Ceci deviendra un thème pour nous. Je crois que nous en serons transformés. »

Comme pour de nombreuses choses dans ma vie, j’aimerais connaître les résultats de cette nouvelle direction avant que nous nous engagions sur cette voie, mais cela n’est pas possible. Tout ce que je sais, c’est que le Seigneur nous appelle à le suivre dans une conversation qu’il suscite dans le monde, une conversation à laquelle il veut que nous participions. Il nous appelle à faire le lien entre l’évangile et la merveilleuse et mystérieuse réalité que nous sommes tous créés à son image.

« Il nous appelle à faire le lien entre l’évangile et la merveilleuse et mystérieuse réalité que nous sommes tous créés à son image. »

Cette nouvelle voie ne sera pas simple, ni facile, mais c’est celle qui s’ouvre devant nous. Je vous invite à vous joindre à nous et à permettre à Jésus d’ouvrir vos yeux pour voir les gens plus clairement et les aimer plus profondément.


sean bio pic hallwaySean Cullen


Sean est le directeur national de Pouvoir de Changer – Étudiants, guidant P2C dans sa mission d’aider les étudiants à découvrir Jésus. Sean, sa femme Nancy et leurs cinq adorables enfants habitent à Edmonton, en Alberta.

Sean dirige son équipe avec passion et un engagement d’amener P2C à grandir en capacité pour accomplir la tâche devant nous : voir le jour où aucun étudiant au Canada ne terminera ses études sans avoir interagi avec le message transformateur de Jésus-Christ.


 

Partager

Catégorie : 
Ministère, Vie chrétienne