« Quelle est ta mission? »

Si tu m’avais posé cette question à l’université, je t’aurais donné la réponse que je pensais que tu voulais entendre : ma mission est de connaître Jésus et de le faire connaître. Ensuite, nous nous serions quittés, nos cases cochées et le sourire aux lèvres.

Ce n’est pas que je ne croyais pas que c’était ma mission; je le croyais. Le problème était que cette mission – la mission de Jésus – était en guerre avec d’autres missions que j’espérais accomplir dans ma vie.

run that race face

Définir mon avenir glorieux de conquête du monde

Ces autres missions auraient été définies comme suit : mon objectif dans la vie est de devenir quelqu’un que les gens admirent, de gagner autant d’argent que possible (j’en donnerais une partie, bien sûr), et d’avoir une vie agréable. Cette vision de l’avenir avait été semée en moi dès un jeune âge et avait été arrosée par mes amis, les films et les heures que j’avais passées à rêver et à former des projets.

En fin de compte, je connaissais la bonne réponse, mais j’avais beaucoup de mal à dire entièrement oui à la mission de Jésus parce qu’elle était en conflit avec ma mission personnelle de conquérir le monde. Et je crois ne pas être le seul à expérimenter cette dissonance entre ce que je devrais dire (la réponse de l’école du dimanche) et ce à quoi je travaille secrètement (la vraie réponse). Je pense que chacun de nous vit un profond conflit pour dire véritablement oui à Jésus, surtout quand sa mission empiète sur les autres missions que nous poursuivons.

Vérification des systèmes. Comment faire de la mission de Jésus ma véritable mission?

Alors, comment faire de la mission de Jésus notre mission? J’ai deux idées :

Premièrement, discerne l’histoire que tu cherches à raconter par ta vie.

Honnêtement, quand j’étais à l’université, je ne sais pas si j’aurais pu discerner précisément les choses que je poursuivais réellement dans ma vie. Je tenais tellement de ces choses pour acquis.

En les discernant, j’ai commencé à reconnaître qu’il y avait des domaines de ma vie où j’avais plus de difficulté à m’approprier la mission de Jésus.

Par exemple, je combattais des tentations sexuelles, car elles étaient liées à ma vision d’une vie agréable. J’avais aussi de la difficulté à me lier d’amitié avec des gens que je n’aimais pas ou qui me feraient mal paraître, ce qui découlait de mon désir d’être quelqu’un de cool aux yeux des autres, une personne qui ne se faisait pas rejeter.

Je pense que nous faisons tous face à des choix tous les jours, grands et petits, qui révèlent en fin de compte à qui nous faisons allégeance et vers quelle mission, ou quel objectif, nous courrons.

Accorde une attention particulière à ces domaines. Ce sont de ces domaines que Dieu veut être le Seigneur, c’est-à-dire, le maître et le dirigeant. Et quand nous l’en excluons, nous réduisons son royaume dans notre vie ainsi que notre capacité à prendre part à sa mission.

Deuxièmement, permets à l’histoire de l’évangile d’éclipser ta propre histoire, surtout là où tu ne le veux pas.

Le théologien William Cananaugh a écrit au sujet de l’importance « d’enrôler » notre cœur et notre imagination dans l’histoire de Dieu. Plus nous reconnaissons la beauté du Roi Jésus qui a renoncé à sa condition divine, à son droit à toutes les richesses du monde et au confort de la Trinité, pour des gens qui le rejetteraient et ensuite le tueraient, plus il devient facile pour nous de Le suivre.

Quand la vérité bouleversante du Roi Jésus éclipse mes projets, je suis bien moins enclin à le percevoir comme un trouble-fête cosmique. Je le vois comme quelqu’un qui m’appelle à abandonner quelque chose de beaucoup plus petit que ce qu’il a abandonné pour moi.

looking out over valley

Arrête de chercher l’or des fous

En fin de compte, nous devons abandonner nos espoirs et adopter les siens, c’est-à-dire abandonner nos mini-missions et poursuivre sa Grande Mission. Nous devons réaliser que ce à quoi nous aspirons n’est pas le bien ultime.

Nous voulons que nos histoires se réalisent, c’est-à-dire tous nos merveilleux rêves d’amour, de prestige et d’argent, mais finalement ceux-ci ne sont que l’or des fous. Quand nous renonçons à nos petits rêves, la mission de Jésus peut devenir la nôtre et nous pouvons voir comment nous et les autres sommes « enrôlés » dans une vraie histoire d’importance, d’espoir et de satisfaction.


C’est à ton tour…

  • Quels domaines de ta vie rendent cela difficile pour toi de t’engager dans la mission de Jésus? Qu’est-ce que ces domaines te révèlent au sujet de ta vraie mission?
  • Où as-tu besoin que l’évangile éclipse ta mission?
  • Quelles activités t’aident à voir et à apprécier la gloire de Jésus?
  • Quels petits rêves as-tu besoin d’abandonner pour que tu puisses adopter sa Grande Mission?

 

Sources :

William Cavanaugh, « Theopolitical Imagination: Christian Practices of Space and Time », page 1.

Au sujet de l'auteur

John Hau

John occupait le poste de directeur national du développement du leadership et de la formation avec P2C-Étudiants jusqu’en 2019. Il a commencé à s’impliquer dans le ministère comme étudiant à l’Université de l’Alberta. John aime être actif et, dans ses temps libres, il joue au hockey et au soccer. Il vit au centre-ville de Vancouver avec sa femme et leurs trois enfants.

S’abonner à l’infolettre de P2C-Étudiants

Pour recevoir régulièrement des nouvelles du ministère étudiant, veuillez remplir ce formulaire.

   * indique des champs requis